la cité médiévale

 (Source : Emmanuel Moureau « La Collégiale Saint-Martin »)

 

   Une première occupation humaine est attestée sur la commune depuis l’époque antique (IV°-V°siècle).

Au VII° siècle, il est fait mention du don par St Didier, évêque de Cahors, d’un domaine foncier à la basilique des saints Just

et pasteur située en contrebas du village (cimetière actuel).

 

Le nom de Montpezat apparaît en 1040 dans la légende de sainte Foy de Conques (le fils du seigneur de Montpezat , prisonnier du sire de Castelnau est délivré par l’intervention de la sainte rouergate).

 

Au XIè siècle, un premier château est édifié. Il sera modifié au fil du temps , mais démoli en 1793, pendant la Révolution.

Au XIIIè siècle, une charte de coutumes est octroyé aux villageois par leur seigneur. La place commune et la résidence des consuls sont construites. De vastes demeures soutenues par des galeries et arcades abritent commerçants et artisans.

 

La famille des Prés, famille roturière du Quercy, issue de la bourgeoisie marchande des environs de Cahors, fait son apparition et supplantera les de Montpezat, inquiétés par l’Inquisition .

 

Pendant la guerre de Cent Ans , des fortifications entourant le village sont élevées ou restaurées. Cinq portes en contrôlaient l’accès. Une seule subsiste, celle de l’Hôpital. Le village et la collégiale seront  pillés par les Anglais et la peste noire dévastera le Quercy entre 1348 et 1361.

 

Au début du XVè siècle, le pays est ruiné. Il sera repeuplé par des familles venues d’Auvergne et du Limousin et le village connaîtra une nouvelle prospérité au XVIè siècle. Pendant les guerres de religion, Montpezat n’est pas touché par les conflits.

 

Au XVIIè siècle, la marquise de Montpezat fait construire un  couvent aujourd’hui transformé en école communale et médiathèque. Les murailles sont démantelées.

 

Après la Révolution (et la démolition du château), la mairie est reconstruite en 1840. ( La précédente maison commune  accueillait au 1er étage, les assemblées de magistrats de la ville et au rez-de-chaussée, les poids et mesures qui servaient pour la cité et  tous les environs, à peser le blé, le safran et toute autre récolte.)

 

Le XIXè siècle voit la création du département de Tarn et Garonne et Montpezat devient chef –lieu de canton.

 

La guerre de 1914 et l’exode rural entraînera une baisse de population. En mai et juin 1944, le village sera victime d’exactions et d’actes de barbarie  dus aux troupes nazies.

 

 

Aujourd’hui Montpezat-de-Quercy compte plus de 1500 habitants. Le village continue à se développer vers le nord- ouest de la cité et veut poursuivre son développement en accueillant de nouveaux acteurs de l’économie. La qualité de vie et des services conjugués au tourisme vert fait de Montpezat un village où il fait « bon vivre ensemble ».